Aurora – Kim Stanley Robinson

« Mon ami , tu ne trouveras pas d’autres mondes,
Pas d’autres mers, pas d’autres planètes, nul endroit ou t’enfuir…
Tu es pris dans un nœud que tu ne pourras pas défaire,
Car la terre aussi est un vaisseau interstellaire.
 »

Cette traduction/transcription d’un poème de Constantin Cavafy résume le thème d’Aurora, livre fascinant aux niveaux multiples et qui demande un effort de lecture. Le thème du livre est un classique de SF, un vaisseau arche envoyé pour coloniser le système d’Aurora.

SYNOPSIS

L’histoire commence 160 ans après le lancement du vaisseau et suit Freya une adolescente, fille de Devi ingénieure en chef du vaisseau et de Badim. Freya, que Devi considère comme un peu lente, nous fait découvrir au travers de ses rencontres à la fois les différents biomes du vaisseau et les multiples cultures qui s’y sont développées durant le voyage au parmi les deux mille habitants qui y sont confinés.
Robinson auteur de Hard-SF, détaille de façon approfondie les mécanismes du vaisseau, de son écologie et de son fonctionnement en général. Ceci rend son écriture un peu ardue et demande un effort au lecteur.
Sans dévoiler le déroulement du récit, la richesse des thèmes abordés dans ce roman est foisonnante, trop peut-être.
La première partie nous conduit à l’arrivée du vaisseau à destination et aux premières tentatives de colonisation et de terraformation qui ne se passent pas sans embûches.
Dans la deuxième partie, les problèmes rencontrés entraînent une scission parmi les passagers du vaisseau, entre ceux qui veulent poursuivre les efforts de colonisation et ceux qui veulent revenir sur terre.
La troisième partie suit les partisans du retour qui se voient obligés par manque de ressources de confier la conduite du voyage à l’IA du vaisseau, constituée d’un réseau d’ordinateurs quantiques.
Dans la quatrième partie, le seul protagoniste est l’IA du vaisseau. Accède-t-elle à la conscience? Nous suivons toutes ses interrogations « algorithmiques » à propos des choix à effectuer pour mener ses passagers à bon port.
La dernière partie décrit le retour à la terre qui est bien différente de ce qu’elle était à leur départ et qui a connu elle aussi son lot de difficultés.

LECTURE

Lisez ce livre
Lisez le pour Freya qui est humaine, trop humaine.
Lisez le pour le vaisseau qui est connaissance devenue conscience.
Lisez le pour les biomes, arcologies écologiques à l’équilibre toujours remis en cause
Lisez le pour le voyage dans l’espace admirablement décrit.
Lisez le pour ses mondes à coloniser.
Lisez le pour sa science.
Lisez le pour …

Il y a tellement de choses dans ce roman, vous allez sauter des passages, revenir en arrière, essayer de comprendre, vouloir espérer, composer avec les échecs.

Certains parlent d’un ouvrage pessimiste, et c’est vrai qu’il n’y a pas de futur radieux ni pour les voyageurs ni pour ceux qui sont restés. La science qui y est proposée ne crée pas un monde idéal, les connaissances avancent en même temps que la conscience d’une complexité qui conduit à l’humilité. Les protagonistes humains ou IA ne sont ni des génies ni des héros, ni des dieux. Le chemin qu’ils suivent leur fait comprendre que l’important est de prendre soin de ce qu’ils ont et de ce qu’ils sont ensemble.

Complexe, fascinant, envoûtant, contemporain et intemporel, essayons de comprendre avec Freya nos forces et nos faiblesses pour faire le plein d’humanité.

Littératures de l’Imaginaire – Subversives par nature?

Il faut bien admettre que les littératures de l’imaginaire ou SFFF ne sont pas mise en avant par les médias français contemporains.

Les pages culture des quotidiens, hebdomadaires ou mensuels, des radios , des télévisions évoquent facilement les romans classiques ou contemporains, les romans policiers ou thrillers et même la bande dessinée considérée comme le neuvième art. Les littératures de l’imaginaire restent les grandes oubliées des médias.

Oubliées ? Est-ce vraiment un oubli ? Rassurez-vous, je n’y vois pas un complot, mais il devrait être possible de trouver une ou plusieurs explications à cette absence.

De fait l’imaginaire n’est pas totalement oublié, les films et séries inspirées par les littératures SFFF sont nombreux, connaissent de grands succès et font la une des médias. Et même si ces films et séries sont inspirées de livres les livres eux-mêmes sont assez vite oubliés.

Alors, pourquoi cette invisibilité des littératures SFFF ? L’image du lectorat de SFFF est celle d’un public adolescent plutôt masculin qui cherche avant tout une lecture d’évasion et de distraction. Cette image est facilement opposée à celle du lecteur de littérature dite classique qui a une approche plus intellectuelle et même au lecteur de romans policiers, thriller ou d’espionnage qui est plus mur et plus adulte.

Cette image, loin de la réalité, contribue à cantonner l’imaginaire à une littérature de niche qui a son utilité, comme introduction à la littérature pour un public jeune, qui adulte pourra enfin progresser vers des littératures plus sérieuses.

Et pourtant, loin d’une littérature de seconde zone, les littératures de l’imaginaire, qui ont une longue histoire, que l’on peut faire remonter aussi loin que l’épopée sumérienne de Gilgamesh en passant par l’Iliade et l’Odyssée, les romans Arthuriens, les contes et légendes de tous pays et qui vont jusqu’à des futurs lointains ou les sciences les plus complexes ont une importance prépondérante, présentent une richesse de thèmes et de récits n’ayant rien à envier aux autres formes de littératures.

Il faut reconnaître que ces littératures sont souvent déroutantes , d’autant plus dans les écrits contemporains ou l’intertextualité prend une plus grande importance et entraîne une difficulté à pénétrer certains ouvrages qui font appels à des concepts ou événements déjà connus des lecteurs assidus du genre.

Cependant, à mon sens, la véritable difficulté que rencontrent ces littératures à atteindre un lectorat et une reconnaissance plus importante est liée à leur nature intrinsèquement subversive.

Est subversif ce qui « renverse ou menace l’ordre établi, les valeurs reçues », et c’est bien la nature des littératures de l’imaginaire. Quel qu’en soit le propos politique, économique, spirituel ou religieux, tout ouvrage de SFFF a pour base un décalage avec l’ordre établi, ce n’est plus « notre monde », la base de chaque livre est en déphasage avec le monde de notre expérience quotidienne.

Ce décalage permet à l’auteur d’imaginer d’autres réalités, et au lecteur de comprendre qu’il pourrait exister d’autres possibles. « Et si … », voilà la base des littératures de l’imaginaire, et c’est sans doute aussi la base de son absence dans les médias.

« Et si… », ce ne peut pas être sérieux, et pourquoi pas de la magie tant qu’on y est ? Alors là, mon cher vous êtes en pleine science-fiction !

La bien-pensance souffre de cette incertitude et y voit instantanément une idéologie malsaine permettant toutes les dérives. Or les littératures de l’imaginaire ne se cantonnent à aucune idéologie et souvent l’idéologie ou la spiritualité soutenues par l’auteur d’un livre ne posent aucune contrainte au lecteur qui, lui, sait qu’il vient de rentrer dans un imaginaire qui est loin d’être unique et que dès la lecture terminée il pourra passer à un autre imaginaire parfois diamétralement opposé.

C’est bien là que se trouve la force de la SFFF, aussi riche et évolutive que la vie elle-même ouvrant tous les horizons, affranchie des contraintes du réel et défrichant la voie de tous les possibles.

Lisons sans limites!

Havensele Cité Blanche – Charlotte Bona

Après Cité noire, qui soulevait bien des interrogations, Cité blanche nous apporte des éléments de réponses. Mathilde découvre peu à peu la vie en Havensele, ses règles et sa hiérarchie parfois pesantes. Utopie ou Dystopie ? Pendant ce temps, la terre ne s’arrête pas de tourner. Thomas, préoccupé par les récents événements avec Mathilde et toujours profondément amoureux doit laisser à Alexian la gestion des émissaires, confrontés à une crise sans précédent en Asie centrale. Jonas participe aux projets de la fondation Andlauer mais envisage avec réticence son intégration à Havensele .
Toujours plus vite, ce deuxième tome, enrichi par la découverte de la vie en Havensele, poursuit le récit au rythme d’un thriller écologique et politique. On y découvre des conséquences inattendues de pollutions connues, une agence de renseignement américaine impitoyable, un coup d’état inquiétant en Asie centrale, et …
Cité, entité toujours aussi énigmatique, préoccupée par le sort de « ses enfants » et la destinée de la terre, mais pourquoi ? Sa présence, plus sensible dans ce deuxième roman, conserve cependant une grande part de mystère.
Ce deuxième tome de la trilogie d’Havensele, s’attarde moins sur les personnages eux-mêmes que sur les relations entre eux et les événements, il reste cependant porté par la personnalité de Mathilde dont on suppose qu’elle sera déterminante dans le troisième volume.
Encore une fois on attend la suite avec impatience.

Havensele Cité Noire – Charlotte Bona

Mathilde Morens, climatologue franco-suédoise travaillant sur la modélisation du changement de la mousson en Inde est menacée après avoir présenté des résultats controversés. Elle reçoit le soutien de la fondation Andlauer en la personne de Thomas Andlauer, séduisant play-boy millionnaire. Mais est-il seulement ce qu’il parait ? Quel est vraiment le but de la fondation? Quel est le lien avec ces visions qui apparaissent dans ses rêves. L’histoire qui débute sur un rythme de thriller, se complexifie avec l’apparition de la mystérieuse Cité, entité bienveillante mais impitoyable.
Ce premier tome centré sur les personnages pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses, et on se retrouve impatient de lire la suite.

Interview de l’auteur

Les Furtifs – Alain Damasio

Les furtifs, fifs, vifs, vite la vie a soulevé et emporté Lorca et Sahar. Tishka leur fille s’est fondue dans les angles morts de la ville pour s’épanouir dans les vibrations du vivant. Requête, quête, conquête, alors que Sahar abandonne, Lorca rejoint les chasseurs pour traquer les furtifs. Dans ce monde de 2041, à peine extrapolé de notre présent dans ses tendances narcissiques et commerciales, Lorca, irradiant d’amour pour Tishka et Sahar, va attirer dans son sillage tous ceux qui rêvent encore d’autres et d’ensemble.
Roman de manque et d’amour, de vif et d’action, politiquement engagé, on y retrouve l’écriture extraordinaire de la Horde du contrevent. Ici ce n’est pas le vent qui contraint le langage, mais la vibration sous toutes ses formes, mouvement, son, lumière. Alain Damasio essaie de mettre en mots la profusion de la vie des furtifs en inventant un nouveau temps, le présent conditionnel, le temps de la furtivité, ou l’action est plus rapide que la pensée, qu’elle féconde et transforme l’empêchant de se fixer.
En dépit de certains passages figés par une militance trop voyante, la fluidité du récit, l’inventivité du langage, la puissance de l’amour et de la volonté de vivre de Lorca, Sahar, Saskia et tous les autres, la richesse des concepts font des Furtifs un roman passionné et passionnant.

Fanzine # 1

Le numéro un sorti un peu plus rapidement.

Un magazine d’amateurs issu de rencontres à la bibliothèque de Lambézellec.

Fanzine # 0

Le numéro zéro, un accouchement difficile pour un premier numéro.

Un magazine d’amateurs issu de rencontres à la bibliothèque de Lambézellec.

Exculture

Culture érigeant l’expertise, particulièrement économique, comme valeur suprême. Culture dominante au début du XXIème siècle, ayant atteint son apogée en France lors de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République.

Libéralisme

Théorie politique, prônant la cupidité comme moteur essentiel de l’activité humaine, dont le slogan est « Enrichissez-vous ».

SFFF

C’est le sigle qualificatif des littératures de l’imaginaire. Science Fiction, Fantasy, Fantastique.

Utopie

Potentiel d’ une société d’êtres pensants à permettre l’épanouissement matériel, intellectuel et spirituel de chacun de ses membres d’une manière harmonieuse et durable.

Liens

RtRunning

Il n’y a pas que les livres et l’ordinateur. Il faut s’aérer un peu. Voici un logiciel pour enregistrer ses runnings.
Logiciel développé avec Windev pour Windows.
Téléchargement ici.

Lire la suite

Quoi de neuf! Docteur!

Une année de plus. Pour la planète, les nouvelles sont bonnes, l’humanité continue à avancer inexorablement vers son extinction.
Rassurons-nous, les experts sont unanimes, il ne faut surtout rien changer. Certaines populations ne sont pas d’accord, il faut faire preuve de plus de pédagogie pour leur faire voir LA VÉRITÉ.
Apprenons le CREDO.

Lire la suite

EvBibliotheque

Logiciel de gestion de bibliothèque personnelle. Saisie manuelle des informations ou par recherche dans Google Books.
Logiciel développé en Windev pour Windows.
Téléchargement ici

Lire la suite

RtPasse

Coffre de mots de passe. Permet de stocker et de retrouver facilement ses mots de passe dans une application sécurisée.
Logiciel développé avec Windev pour Windows.
Téléchargement ici.

Lire la suite

Cglanceur

J’ai du mal à retrouver mes applications sur le bureau. Le menu démarrer est trop chargé. Quand j’utilise la recherche il y a trop de propositions. Je voudrai regrouper de façon simple les applications et les liens que j’utilise au quotidien.

Voici un lanceur d’applications qui permet de créer un tableau simple des applications et sites couramment utilisés.
Logiciel développé avec Windev pour Windows.
Téléchargement ici.

Lire la suite

Bdbibliothèque

Logiciel de gestion de bibliothèque BD personnelle. Saisie manuelle des informations ou par recherche dans Bedethèque.
Logiciel développé en Windev pour Windows.
Téléchargement ici

Nouveauté 2021, la consultation est désormais possible sur téléphone Android avec un bouton d’envoi qui crée un cliché instantané.

APK Disponible ici.

Lire la suite

Le successeur de Pierre – Jean-Michel Truong

Le successeur de Pierre (Jean-Michel Truong) (Grand prix de l’imaginaire 2000)

Thriller Cyberpunk, SF Post-apocalyptique, Roman Historique, Traité Théologique, Critique sociale, en un peu plus de 500 pages le roman balaie tous ces domaines en suivant l’aventure immobile de Calvin. Celui-ci est un jeune hacker, qui n’a jamais connu que les cocons où la moitié de l’humanité est enfermée depuis la grande peste. A la recherche de la vérité sur Ada, brillante mathématicienne et Hacktiviste emprisonnée, il lance ses «saumons » dans une quête dans le cyberespace.

Lire la suite

Chroniques du pays des mères – Elizabeth Vonarburg

« Chroniques du Pays des Mères » d’Elizabeth Vonarburg. Un roman de SF ?

La SF est une promesse, une promesse d’un ailleurs merveilleux, le « merveilleux scientifique » des origines de la SF Française, ce merveilleux qui suscite l’étonnement et la surprise. L’ailleurs au sens relativiste, qui nous déplace dans l’espace ou dans le temps, du space-opéra et planètes étrangères aux uchronies en passant par les utopies ou dystopies.

Lire la suite