Seigneur de lumière – Roger Zelazny

« Ses disciples l’appelaient Mahasamatman et disaient qu’il était un Dieu. Il préférait cependant supprimer de son nom Maha- et -atman et se faire appeler Sam. Il ne prétendit jamais être un dieu. Comme jamais il ne prétendit ne pas en être un. Les circonstances étant ce qu’elles étaient, admettre l’un ou l’autre n’eût été d’aucun profit. A la différence du silence.
Il était entouré de mystère…. »

Lire la suite

1er Avril – 10h00 – Julie

10 heures déjà. C’est intéressant tout ce qu’il vient de dire, mais ça ne répond pas à mon problème. Il faut que je pose ma question tout de suite avant qu’il soit trop tard et que je sois engagée dans cette commission.

Lire la suite

1er Avril – 08h30- Fred

8h30, c’est trop tôt. Depuis six mois que je touche le RUC, c’était trop cool. Payé à rien faire, ça me va très bien. Et puis, merde, convocation pour la Commission de recours SUC, un premier avril en plus. Si c’est une blague je la trouve plutôt saumâtre. On va me demander à moi de juger si un recours est justifié ou pas, c’est l’hôpital qui se fout de la charité. Heureusement, d’après la paperasse on sera cinq à décider, faudrait pas qu’en cas de refus, je m’en prenne plein la gueule.

Lire la suite

La tétralogie noire – John Brunner

Quatre dystopies à l’épreuve du temps

John Brunner, écrivain britannique (1934-1995), a écrit entre 1968 et 1975 quatre de ses romans majeurs qui ont été appelés par les amateurs français de science-fiction « La tétralogie noire ». Ces romans situés dans un futur proche relèvent du courant qualifié à l’époque de « speculative fiction ». Chacun de ces romans est indépendant et présente un futur exagérant une ou plusieurs tendances du présent (des années 70) prédisant un avenir sombre.

Ces romans ne sont pas des dystopies à proprement parler puisqu’ils ne proposent pas de projet de société mais projettent les caractéristiques d’un présent dans des temps proches. Il est possible aujourd’hui de les passer à l’épreuve du temps, car Brunner a daté ces quatre romans.  Tous à Zanzibar  paru en 1968 se situe en 2010. L’orbite déchiquetée paru en 1969 se place en 2014. Le troupeau aveugle  paru en 1972 nous raconte la fin du XXième siècle. Sur l’onde de choc  paru en 1975 explore les années 2010.

Lire la suite

Sénat

Assemblée constituée de citoyens choisis par tirage au sort pour un mandat de trois ans. Renouvelée par tiers tous les ans.

Expert

Individu réduit à un domaine de connaissance.

Lire la suite

Médiocrité

La médiocrité est le fondement de l’égalité et de la citoyenneté. Reconnaître sa médiocrité est la première étape vers l’acceptation de règles sociales.

Ce paradigme est le fondement de Médiotopia .

Médiotopia  ne reconnait pas de hiérarchie fondée sur un héritage qu’il soit génétique, éducatif ou matériel. Il ne peut y avoir de hiérarchie que fonctionnelle et transitoire.

Toutes les règles, lois et institutions de Médiotopia s’appuient sur ce postulat.